... je peux vous dire qu'on les attend avec impatience ici hein, parce que dans le genre hiver de galère transcendentale celui-ci se pose là. A oublier bien vite les quelques jours d'hôpital pour le bichon, les trente-six milliasse de virus et bactéries en tous genres (en panaché différent pour chacun de nous quatre, un vrai cas d'école), les gros coups de pompe, le boulot bien stressant et les visites immobilières de bicoques pourries à prix d'or bien déprimantes...

Enfin__

Heureusement just in time tout le monde semble à peu près requinqué, à moi New York pour quatre jours de folaï (pour le boulot, ne rêvons pas), et à Juju les deux monstros déchaïnés (pour ce qui s'annonce être quatre jours de folaï aussi).

A mon retour, dela bidouille de la vraie, parce qu'envers et contre tout je lutte!